• Actus

La vie privée met un genou à terre devant le High Tech

Non.

De la fiction ? Plus pour longtemps.

En combinant intelligence artificielle, objets connectés, Big Data (mégadonnées selon l'Académie) et les logicielsde reconnaissance faciale, il n'y a plus qu'à imaginer des applications, pratiques ou farfelues. Cette combinaison va si vite ouvrir de nouvelles perspectives qu’on hésite entre l’optimisme et l’inquiétude.

Reconnaissance faciale, vous avez dit ?

Existante mais peu accessible au grand public, la reconnaissance faciale fait couler beaucoup d’encre. Les associations de protection de la vie privée dénigrent cette technologie de pointe qui compare les traits du visage avec une base de métadonnées et permet d’identifier sur une photo n’importe quelle personne adepte du web.

Aujourd’hui, Facebook et Google+ disposent d’un système qui propose avec précision les amis à taguer sur n’importe quelle photo, pourvue que ces personnes soient membres du réseau. Flippant, et ce n’est que la partie visible de l’Iceberg.  

Le web ? Mais je suis anonyme !

Pas tant que ça.  A partir du moment où l’on est présents sur Facebook, Google ou Twitter (entre autres), on signe des Conditions Générales d’Utilisation qui nécessitentune journée de lecture, une licence en droit et plus que des notions en Anglais.

Par ailleurs, l’UFC reproche aux géants américains  d’exiger une signature et donc, un accord avec des clauses inaccessibles, incompréhensibles et parfois dans la langue de Shakespeare.

Aujourd’hui, ces plateformes vendent les données récoltées à des régies publicitaires pour des campagnes ciblées.  Nos recherches sur Google, les clips visionnés sur Youtube, nos déplacements, notre localisation et les documents échangés sont tous conservés… Et exploités. 

Big Brother is watching you... Grâce à Big Data

Les données deviennent de plus en plus lourdes à stocker et surtout compliquées à traiter. Le Big Data,  était la suite logique des évènements.

Concrètement, le Big Data permet de stockertout et n’importe quoi et les opérateurs téléphoniques,  les réseaux sociaux et certaines organisations y trouvent une grande utilité compte tenu des dimensions couvertes (volume, vélocité, variété…).

Google Glass : le début d’une nouvelle ère

« Il y’a beaucoup de choses que Google pourrait faire, mais choisit de ne pas faire… » Cette citation d’Eric Shmidt,  président exécutif du conseil d'administration de Google, peut nous rassurer comme nous crisper.

Google est aujourd’hui sur tous les fronts et quand il choisit de ne pas faire, il choisit simplement de ne pas commercialiser la technologie en question. Mais d’autres le peuvent …

A titre d’exemple, Google Goggles est une application qui permet de retrouver le nom d’un restaurant, la localisation et l’histoire d’un monument ou l’artiste d’une œuvre d’artà partir d’une simple photo ! Mal reçue par les défenseurs de la vie privée, Google a rassuré les esprits en annonçant la mise en place d’un cryptage, retirant la reconnaissance faciale à l’application.

Sauf que d’autres y travaillent activement et l’application Nametag est déjà disponible ! Il est clair qu’elle ne sera jamais autorisée sur les Google Glass, mais peut-on réellement l’interdire ? Il suffit de "jailbreaker" son appareil et le tour est joué.

Des raisons d'être optimistes ?

Peut être que dans un avenir proche, nos paires de lunettes ne nous servirons plus qu’à corriger notre vue mais à gagner un 6ème sens, traduisant tout ce qu'on regardera, résolvant les calculs ou convertissant les monnaies en temps réel, ou nous indiquant la probabilité d'avoir une conversation intéressante avec notre voisin de bus, ou si nous avons quelque chose en commun.

Tout est prêt pour que cela se réalise et si c’est le cas, les conséquences seront irréversibles et affecterons sans doute l’aspect social, moral et éthique de notre société. Et comme on a oublié qu'on se donnait des rendez-vous précis avec l'arrivée des portables, on oubliera peut être comment c'était avant...

 

Une réaction? Rejoignez nous sur  Twitter – Facebook – Google + – LinkedIN – Viadeo

 par Simo Ait Kerroum

Cet article vous a plu ?
Laissez-nous votre email pour recevoir les prochains
Invalid Input